Patrimoine : Le Village

PRESENTATION HISTORIQUE DU VILLAGE ANTUGNAC

 

Occupant le bassin inférieur du ruisseau d’Antugnac, affluent rive gauche de l’Aude, le territoire de la commune s’étend sur 949 hectares à des altitudes comprises entre 260 et 587 mètres. Il comprend le hameau de Croux, au sud-ouest, ainsi que les anciens domaines de Cairac et de Mournac, au nord^. Le paysage est marqué par un relief assez tourmenté, dominé par des serres escarpées dont les pentes les plus douces, sur le Causse dominant Mournac, accueillent un beau vignoble de coteaux. La vigne est également présente dans la vallée où se concentrent l’essentiel des terres agricoles.

 

Si quelques découvertes archéologiques fortuites témoignent de l’occupation de ce territoire au cours du Néolitique et de l’âge du Fer, c’est manifestement au début de l’Antiquité que s’est mis en place le réseau de petits domaines ruraux gallo-romains ayant laissé leur nom aux lieu d’Antugnac, Cairac et Mournac (et aux lieux voisins de Conilhac et Coursilhac), qui ont tous conservé leur suffixe -acum caractéristique des fondations gauloises. Plusieurs découverte d’amphores et de céramiques datant de cette période ont d’ailleurs été effectuées en divers endroits de la commune, témoignant d’une occupation continue durant toute la période antique.

 

On ne dispose d’aucune information précise concernant le haut Moyen Age. Mais c’est selon toute vraisemblance à cette période correspondant aux premiers temps de la christianisation des campagnes de l’ancienne Gaule (V-VIIIe siècle) que remonte la nécropole de Croux, d’où provient probablement la dizaine de croix pattées en grès  ainsi que deux sarcophages répertoriés dans le secteur. C’est du reste la présence cet ancien cimetière chrétien et de ces croix si particulières qui a donné son nom à la petite localité de Croux, dont on sait qu’elle s’appelait déjà ainsi en l’an 1004. Le terme occitan « croux » provient en effet du vocable latin « cruces » signifiant « les croix ». La nécropole est mentionnée dans le compoix de Croux en 1656 qui fait état d’un champ dit situé au lieu-dit « al Sementeri ». Cet ancien cimetière a malheureusement été dévasté au fil des siècles, mais il subsiste encore sur place quelques tombes en coffre.

 

La morphologie de village indique  toutefois que c’est l’église qui constitue le noyau historique de l’agglomération actuelle. Le fait que celle-ci soit placée sous l’invocation de l’apôtre saint André plaide en faveur d’une fondation haut médiévale, vraisemblablement carolingienne(fin VIIe-IXe siècle).

 

Vers l’an Mil, le lieu d’Antugnac appartenait aux seigneurs de Niort en pays de Saut. En 1004, Oton de Niort, son épouse Ermetrude et leur fils Bernat en firent donation au prieuré bénédictin de Saint-Pierre de Niort dont ils étaient les fondateurs et les patrons. La seigneurie d’Antugnac fut confisquée par les officiers du roi de France suite à la Croisade contre les Albigeois. En 1234, le sénéchal de Carcassonne l’attribua, à dame Béatrice, veuve de Lambert de Thury, et à ses fils Lambert et Simon, en récompense des services que le défunt chevalier francilien avait accomplis aux cotés de Simon de Montfort. Cette donation fut confirmée par le roi Louis IX (Saint-Louis) en 1255. Une rente de 50 sous  prélevée sur le seigneurie de Croux fut également assignée à un autre chevalier français, Pierre de Voisins en 1232.